Membres : 236
Contenu : 189
Liens internet : 4
Affiche le nombre de clics des articles : 261631

Notes de lecture

Il était une fois un satyre et une sirène…

  Lotfi Ben Letaifa : Nos ancêtres les scorpions ou la naissance d’un Dieu, Editions EdiLivre, Paris, 2009  

 

Le roman tisse une matière hybride entre tradition et modernité. D’un côté, un conte où l’aventure se mue en un drame violent et redoutable. De l’autre, un méta discours où l’auteur n’hésite pas à intervenir pour corriger les dévoiements du narrateur et avertir ou tempérer les appréhensions du lecteur. Ce double versant en dit long sur la facture littéraire de ce surprenant ouvrage plein de verve et de désinvolture.  

Lire la suite...

 

L'école est-elle vraiment finie?

Mme Neila Ben Harbi, L’école est finie, parcours d’une enseignante, MC- Editions, 2009, Tunis, 158 pages, ISBN : 978-9973-807-95-3.

   A l’heure où notre école et ses protagonistes, du primaire au supérieur, sombrent dans une profonde dépression, le témoignage de la jeune retraitée, Mme Harbi, intitulé L’école est finie, est paradoxalement un excellent antidote contre le désespoir régnant. Professeur de français au lycée durant les trois dernières décennies, l’auteur relate, sans fioritures, son parcours professionnel qui s’achève en 2004. Elle ne propose pas de solutions à la crise actuelle ni ne s’inscrit dans la polémique qui l’accompagne. Mais ce livre a des vertus thérapeutiques certaines. Eprise du pupitre, du tableau noir et des « mômes », cette femme nous redonne le courage d’y croire. Quelle cure pour des âmes si longtemps blessées !

Lire la suite...

 

La loi du hasard et de la nécessité

La marche de l’incertitude de Yamen Manai, Editions Elzévir, Paris 2008, 142 pages, prix 15,90 euros. ISBN : 978-2-8114-0013-2.

La Marche de l'incertitude

Ce roman semble émerger de nulle part comme s’il avait pour mission de répondre à une question posée par Paul Valéry il y a presque un siècle. Ce dernier formulait son fameux incipit ironique : « La Marquise sortit à cinq heures », en guise de démonstration du caractère arbitraire et aléatoire du genre romanesque. L’absence de rigueur qui affecte le roman s’explique, aux yeux de Valéry, par le fait que contrairement à la poésie ou au théâtre, le roman n’est pas codifié par des règles formelles stables et rigoureuses. Le roman serait un espace largement régi par la loi du hasard, une loi qui pourtant n’a pas manqué d’interpeller philosophes, scientifiques, littéraires, etc. Et c’est précisément cette exigence de rigueur intellectuelle ou rationnelle qui commande de réduire l’écart entre les différentes approches, une exigence que l’auteur de La marche de l’incertitude s’applique à suivre et à en faire la matière même et l’articulation centrale de son roman.

Lire la suite...

 

Au pays des poètes

 

Tahar Bekri, Le livre du souvenir, Elyzad, Clairefontaine, Tunis, 2007, 234 pages,  ISBN10 : 9973-58-006-

                      0 / ISBN13 : 978-9973-58-006-1.

             

            Quand un universitaire se met à vous parler des nombreux  colloques auxquels il a pris part, il s’expose aux soupçons de vanité. L’allergie à la « colloquite » vous gagne aussitôt et vous redoutez le propos de vantard et autres  rebuts des moi hypertrophiés. Rien de tel pourtant dans Le Livre du souvenir, dernier ouvrage du poète et universitaire tunisien, Tahar Bekri. Il y relate, entre autres, sa participation aux manifestations  culturelles internationales, mais il le fait dans un état d’esprit tout autre. A la lecture, les appréhensions se dissipent  et on regrette  d’y avoir cédé trop vite. C’est que Tahar Bekri doit ses carnets à ses voyages. Il doit ses voyages aux colloques académiques et aux rencontres poétiques, organisés ça et là à travers le monde. Souvent invité « pour une lecture de poésie », il ne cherche à impressionner personne, ni d’ailleurs à s’acquitter d’une quelconque  dette vis-à-vis des institutions  qui l’ont accueilli. Ces organismes, quand ils sont mentionnés dans Le Livre du souvenir, font tout naturellement  partie d’un réseau  de médiation culturelle, dont il se sert, tout comme ses confrères poètes et  collègues universitaires. 

 

Lire la suite...

 

La fiction miroir de la réalité

 

Le signe de Tanit de   Abdelaziz Belkhodja

          Editions Apollonia, Tunis, 2008, 206 pages, Prix 10 Dinars

 

Face à l’académisme austère du roman tunisien, dans ses deux versants arabe et français,  Abdelaziz Belkhoja ne recule pas devant la tentation de brandir une écriture ludique, amusante, populaire, celle du roman de gare, ou encore celle du roman de vacances. Depuis « Les Cendres de Carthage » (1993), jusqu’au «  Signe de Tanit » (2008), en passant par « Les Etoiles de la Colère » (1999) ou « Le retour de l’Eléphant » (2003), A. Belkhoja s’applique à revisiter des genres aussi divers que le roman d’espionnage, le récit futuriste ou encore le roman d’aventures à toile de fond historique ou réaliste.

 

Dans ce parcours générique, il y a tout de même une constante : celle de la Tunisie d’aujourd’hui et d’hier ; et aussi celle désirée et imaginée, de demain, au point que le pays apparaît à travers des strates différentes, tantôt comme un pays enveloppé dans une aura de grandeur joyeuse, tantôt ébranlé de frémissements douloureux. Si bien que la Tunisie s’impose, à chaque nouveau roman, comme l’actant principal de la trame romanesque, puisqu’elle est tout à la fois le cadre de l’action et l’objet d’une investigation laborieuse. Dans cette perspective,la Tunisie d’aujourd’hui n’est pas coupée des couches souterraines de la Tunisie antique, notamment punique ou romaine. Le fil qui les distingue s’estompe et se rompt, avant de laisser apparaître le substrat de base de l’identité de l’Ifriqiya.  Cela signifie que le travail du romancier s’apparente à la démarche de l’archéologue : creuser, fouiller, décrypter tant d’éléments, avant de les exhumer à la lumière du jour. Dans ce cas, la présence récurrente de l’histoire antique de Carthage constitue le noyau central de l’œuvre, d’autant qu’elle nourrit, nous semble-t-il, l’imaginaire de l’auteur et structure son écriture. Cependant, en s’érigeant en leitmotiv, ou plus précisément en une image obsédante, Carthage finit par afficher, notamment dans Le signe de Tanit sa véritable fonction : le passé est évoqué ou invoqué pour mieux interpeller le présent, en vue de le maîtriser, et pourquoi pas le transformer ?

 

Lire la suite...

 
Plus d'articles...
<< Début < Précédent 11 12 Suivant > Fin >>
Page 12 sur 12