Membres : 244
Contenu : 210
Liens internet : 4
Affiche le nombre de clics des articles : 311537

Notes de lecture

GISÈLE HALIMI ENTRE LA FLAMME ET LA BLESSURE

HOMMAGE Á GISÈLE HALIMI

 

Gisèle Halimi vient de nous quitter à l’âge de 93. Connue surtout pour ses combats et ses plaidoiries en faveur de la liberté et de l’égalité, l’avocate avait quand même laissé une œuvre littéraire à travers une autobiographie en trois temps, revue de l’enfance et des passions tardives qui expliquent la femme qu’elle était devenue : une militante anticolonialiste et féministe.

Lire la suite...

 

معركة بن قردان: الحدث التاريخي والسّردية المنقوصة

محمد ذويب، ملحمة بن قردان، أسرار وخفايا معركة مارس 2016، منشورات سوتيميديا، 2020، 184 صفحة،الثمن 25.000د.ت.

ISBN : 9 789938 918762

 

كم نحن اليوم في أمسّ الحاجة إلى الاحتفاء بحدث وطني جامع يخفّف من خيبات العشرية المنصرمة وينسينا، ولو إلى حين، مجاميع البؤس السّياسي التي تداولت علينا بعد الانتفاضة. فرَكِبَتْنَا كما تُرْكَبُ الدّواب باسم "الانتقال الدّيمقراطي" وتحت ذرائع أخرى منافية لقيم الديمقراطية. لقد أفسد الحكّام الجدد حسّنا الجَمْعِي وكادوا أن يقتلوا فينا نخوة الانتماء إلى الوطن.

Lire la suite...

 

L’EMIRAT DE BECHIR GARBOUJ : LE ROMAN ENTRE L’INTIME ET LE SOCIAL

 

Béchir Garbouj, L’Emirat, roman, Déméter, février 2020.

 

L’Emirat est le troisième roman de Béchir Garbouj ; sa publication suit celle de Passe l’intrus (Comar d’or 2016) et Toutes les ombres (2019). Très différents, ces trois écrits, s’ils n’offrent pas d’unité organique ou thématique pouvant justifier la référence à la forme romanesque consacrée de la trilogie, s’inscrivent toutefois dans une continuité qui nous mène de l’intime – le premier récit de l’auteur nous propose une écriture perçue par beaucoup de lecteurs comme proche de l’autobiographie, idée que l’auteur semble rejeter- à une approche fictionnelle du fait socio-historique à travers laquelle un des épisodes majeurs de la révolution tunisienne est soumis à l’étude du romancier.

Lire la suite...

 

HASSOUNA MOSBAHI ET LE FATUM SOCIAL

 

Hassouna Mosbahi, Pas de deuil pour ma mère, roman traduit de l’arabe  par Boutheina Ayadi et Marie-Christine Ben Fadhel,  Elysad,2019, 272 pages,20.00E.

 

 

A l’instar de plusieurs autres écrivains tunisiens de langue arabe, Hassouna Mosbahi se ressource dans le fait divers et pour cause, c’est ce type de récit qui reflète le mieux le malaise social. Dans Pas de deuil pour ma mère*, l’auteur pointe du doigt la tyrannie de l’opinion publique qui condamne les écarts à un rejet sévère, voire mortel. Le fait divers est donc le symptôme d’une société malade, mais à la manière d’un Zola, Mosbahi en fait l’illustration de la fatalité sociale.

Lire la suite...

 

LE BILINGUISME : Lexique arabe dans le roman d’expression française

L’état actuel de la francophonie en Tunisie:

La Tunisie est-elle un pays bilingue ? Sans doute, puisque à côté de l’arabe qui est la langue officielle, le français est utilisé encore aujourd’hui non seulement dans l’enseignement mais aussi dans plusieurs documents administratifs officiels. De l’ordonnance du médecin au timbre postal, en passant par les enseignes des magasins, jusqu’au Journal Officiel, chaque graphie arabe a son correspondant en français. Cependant ce bilinguisme, qui est une caractéristique évidente des pays maghrébins (à l’exception de la Libye), n’est pas une composante stable et figée.

 

Lire la suite...

 
Plus d'articles...
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 14