Membres : 242
Contenu : 205
Liens internet : 4
Affiche le nombre de clics des articles : 295989
Espace membre



Qui est en ligne
Nous avons 6 invités en ligne

Les vertus d’une réédition.

   

      Histoire Générale de la Tunisie,  tome IV, L’Epoque contemporaine, de Ahmed  Kassab et Ahmed  Ounaïes,  avec  les contributions  de Rabâa  Ben Achour Abdelkéfi,,  Ali Louati,  Chiraz  Mosbah et Mourad  Sakli,  Sud -Editions, Tunis, 2010, 587 pages, prix : 35D T, ISBN : 978-9938-01-

 

Quand Sud Editions s’est lancée en 2003  dans la réédition de L’Histoire Générale de la Tunisie, l’entreprise avait tout d’une gageure. Publiée il ya quarante ans par une équipe d’universitaires et traitant respectivement de l’Antiquité, du Moyen-Age, des Epoques Moderne et Contemporaine, elle était déjà volumineuse et savante. L’éditeur note qu’elle « disparut rapidement des librairies ». Mais les temps ont beaucoup changé.

Lire la suite...

 

Parutions 2010

  

  Tahar Bekri, Les dits du Fleuve, (photographies de Joel LEICK), Ed. Al Manar 2009,  75 pages. ISBN : 978-2-913-896-67-3

 

Composé de 64 chants, le nouveau recueil de Tahar Bekri épouse le mouvement d’un fleuve qui charrie dans son débit à la fois les convulsions du monde et la sagesse de la nature. Cette poésie favorise allègrement l’éclosion des métaphores dans le seul but de discourir sur l’état inquiétant et troublant du monde. A la manière des Vents de Saint John Perse, le Fleuve de T. Bekri avance lui aussi à travers le monde, avant d’atteindre la mer, et croise au fil de sa traversée la grandeur et la petitesse des humains.

C’est dans le partage

Des cimes des montagnes

Que les fleuves reconnaissent

Leurs sources

Leur cours

Comme mélancolie rebelle

Habitée par la panique des poètes (p12)

 

****************************

   Amor Ben Salem : Marouan au pays des Djinns, Editions Sahar, Tunis, 2010, 231 pages. ISBN : 978-9973- 28-292-7

Voilà un roman qui renoue avec la tradition du merveilleux et du fantastique. Mieux encore, et pour gagner les lettres de noblesse d’une bonne littérature populaire, le roman tisse une intime parenté avec l’univers du conte, voire avec celui de Mille et une nuits. C’est ainsi qu’on quitte le quotidien pesant et ennuyeux et on passe sans difficulté du monde des humains à celui des Djinns, grâce à la complicité d’un étrange âne noir Amrouss. Mais attention, le ludisme que suppose cette matière romanesque n’est que l’envers métaphorique de notre réalité prosaïque et non moins en crise.

                                                                                                                 *********************    

                                                                                                             

     Hmida Makhlouf,  La société de l’image, publié à compte d’auteur. Tunis 2010, 207 pages. ISBN : 978-9973-967-07-7

L’ouvrage propose une radioscopie du statut de l’image et de ses différents usages dans notre société d’aujourd’hui. Selon l’auteur, le développement vertigineux du numérique et celui des technologies de communication sont en nette dissonance avec un contenu indigent, dérisoire et non moins aliénant.   L’ouvrage fait donc le procès de l’image. Il dénonce surtout la soif d’enrichissement chez les grands producteurs et diffuseurs qui ont dérogé à la  mission première de l’image, à savoir l’éducation et la culture, et l’ont asservie pour  amplifier la culture de la vacuité et de la futilité.


**************************

    Jaâfar Majed, Muhammed, Le Prophète Homme, traduit par Mohammed Kameleddine Gaha, Académie tunisiennes des sciences et des arts, BeÏt al-Hikma, Carthage 2010, 297 pages, prix en Tunisie : 13 DT, prix à l’étranger : 15 E, ISBN : 978699736496094-0

« Le Prophète est une  créature humaine, un homme », telle semble être la devise de Jaâfar Majed dans cette biographie qui se démarque nettement  du discours hagiographique. En effet, le biographe, conscient de la nécessité de rétablir aujourd’hui le prophète dans son vécu,  cherche à mettre en  lumière surtout les traits de l’homme, son intimité et ses rapports aux  femmes et épouses qui marquèrent  sa vie. Son portrait physique, partiellement esquissé à la fin du  livre, se lit comme une tentative de déroger à la tradition narrative ayant toujours occulté  la  représentation  du prophète. Majed recoupe récits et témoignages  pour tenter de reconstituer sa physionomie très humaine : « ses cheveux  étaient d’un noir prononcé ; les poils blancs parant  essentiellement sa barbe et le haut de son front. Il portait un turban noir, notamment pendant les deux fêtes  de l’Aïd, dont il laissait pendre le bout sur ses épaules. Ses vêtements étaient  de laine et de coton  et il portait une chemise  à manches courtes. » Mais l’auteur revisite aussi le parcours de Muhammed comme chef militaire et homme d’Etat d’après une documentation savante et suffisamment variée permettant ainsi  de rétablir faits et actes dans le quotidien de l’époque.

    Si ce livre retient l’attention, ce n’est pas tant par ses sources historiques, ni par les ambitions argumentatives de son auteur. Ce livre nous libère du déjà lu surtout grâce à la beauté de sa narration  et à l’originalité de plusieurs récits qui le composent. La prose narrative du poète Jaâfar Majed y est pour quelque chose. Dans sa traduction,  le professeur Kamel Gaha a su mettre en évidence ce mariage souvent  heureux entre le style de l’écrivain et la rigueur de l’exégète.

                                                                                     **************************

               Abdelaziz  Belkhodja, La Femme en rouge, Apollonia Editions, 2010,  Tunis, 95 pages prix : 10 DT, ISBN : 978-9973-827-50-0

Le nouveau livre d’A. Belkhoja  La Femme en rouge est, comme son titre le laisse transparaitre, une histoire d’amour. Mais le lecteur ne tarde pas découvrir que c’est plutôt une aventure de l’amour. Tout part d’une rencontre fortuite comme le hasard seul peut vous en arranger ; les évènements vont se développer de manière désordonnée et chaotique comme s’ils ne pouvaient échapper à l’emprise de l’imprévu. Fait de grands sentiments et de petitesses, de maladresses touchantes et de vraies goujateries, le livre passe en revue différentes situations auxquelles sont soumises deux personnes qui prétendent vivre librement une aventure amoureuse, et qui sont en butte à leurs manques et aux contradictions que leur impose la société.

Mais ce livre présente une autre originalité : il a été écrit à deux mains. L’auteur a voulu y intégrer des commentaires, reçus sur face book, d’une lectrice qui a réagi à une première mouture et qui s’est transformée en co-auteur.

Un livre interactif …

                                             ***************************

               Mehdi Mabrouk, Voiles et sel : culture, foyers et organisation de la migration clandestine en Tunisie,  Editions Sahar, 2010, Tunis, 276 pages, prix : 12 DT ; 15 E, ISBN : 978-9973-28-294-1

Le livre de Mehdi Mabrouk, Voiles et Sel, est une étude sociologique dans laquelle l’auteur se propose de combler un manque dans le champ de l’investigation sociologique concernant le phénomène de la migration clandestine, connue dans nos contrées sous le nom de « Hargua ». En effet, l’auteur constate que si les différentes vagues de migration légale ont fait l’objet d’études nombreuses et variées, la nouvelle forme de ce mouvement migratoire n’a pas fait l’objet d’études, ni n’a été traité de manière biaisée, comme si le sujet était désemparant.

Sous un titre poétique, ce livre présente une étude documentée et circonstanciée du phénomène. Il explore le vécu des clandestins, les réseaux et filières qui les prennent en charge (ou les manipulent), les enjeux politiques dont ils sont l’objet. Mais l’aspect le plus fascinant de ce livre (et qui mérite qu’on y revienne plus longuement) c’est l’étude, par définition provisoire puisque son objet est par trop mouvant, de l’aspect social de cette pratique et de la mythologie paradoxale qui est en train de se construire autour des « harragas ».

 

Ecrire pour réparer le mal de l'Histoire

        Mounira Rezgui, Kalilõun Minã Arraghbã (un peu de désir), Editions Sahar, Tunis  2010, 193 pages. ISBN : 9789973282835
 

       L'ouvrage de Mounira Rezgui est à la fois un roman historique et un récit intimiste. Ce choix est dicté par le fait que le destin de l'individu est en  corrélation directe avec les événements politiques que traverse le pays. Cette vérité n’est certes pas l'apanage de tel ou tel personnage romanesque, car nul ne peut échapper au poids de son milieu social, culturel ou historique.

Lire la suite...

 

Le chantier de Noureddine Aloui.

 

     Noureddine  Aloui, Tafacil saghira,  (Menus détails), « Ouyoun al moassara », Sud Edition,  2010,300 pages, prix : 12 D T,  ISBN/ 978-9973-844-81-1.

 Ne faudrait-il pas convenir, réflexion faite,  que nos romanciers arabophones ne sont pas légion ? Il est vrai que leur petite communauté s’était enrichie,  au cours des dernières décennies, de quelques noms nouveaux qui  ont tenu leurs promesses. Mais elle semble avoir connu également d’importantes défections.

Lire la suite...

 

Qu’est-ce que la tunisianité ? Anouar Attia nous en livre la réponse.

 

  Anouar Attia : Tunisie Rhapsodie, Editions Sahar, 2010,   138  pages ISBN : 978-9973-28-296-5

 A l’instar de L’Histoire et la Chair, le récent opus d’Anouar Attia, publié à quelques mois seulement de distance, prend lui aussi une forme épistolaire. Le canevas initial est tout à fait comparable : sur la demande de son amie lyonnaise Sylvie, Férid, enseignant à l’Université tunisienne, est prié d’écrire une longue lettre pour parler de lui-même, des secrets de sa famille et de l’histoire de son pays : « c’est une lettre que je veux de toi, une lettre à l’ancienne, longue et réfléchie […], une lettre où tu me diras tout sur toi… ». Voilà le programme et la configuration du récit clairement résumés dès l’incipit.

Lire la suite...

 

<< Début < Précédent 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Suivant > Fin >>

Page 22 sur 30