Membres : 242
Contenu : 205
Liens internet : 4
Affiche le nombre de clics des articles : 295988
Espace membre



Qui est en ligne
Nous avons 5 invités en ligne

Histoire des mots, histoire de l’Autre

 

Majid El Houssi : Désigner l’Autre Roumi et son champ synonymique,  Editions Selefa, Paris 2007, 110 pages                

               Poète, romancier, essayiste, professeur de linguistique française à Venise, Majid El Houssi multipliait les vocations et élargissait son champ d’investigation et de curiosité. Son dernier opus, publié, quelques mois seulement avant sa disparition, Désigner l’Autre Roumi et son champ synonymique s’inscrit dans une optique qui renvoie, d’un côté, à son statut d’Européen, et de l’autre, à son origine tunisienne et arabe. Cette double appartenance aux deux rives nord et sud de la Méditerranée est suffisante pour le conduire à s’interroger sur le sens des relations entre ces deux parties du monde et à pouvoir enfin examiner  les modalités par lesquelles, de par et d’autre de cette mer, on désigne l’Autre.

Lire la suite...

 

Il était une fois un satyre et une sirène…

  Lotfi Ben Letaifa : Nos ancêtres les scorpions ou la naissance d’un Dieu, Editions EdiLivre, Paris, 2009  

 

Le roman tisse une matière hybride entre tradition et modernité. D’un côté, un conte où l’aventure se mue en un drame violent et redoutable. De l’autre, un méta discours où l’auteur n’hésite pas à intervenir pour corriger les dévoiements du narrateur et avertir ou tempérer les appréhensions du lecteur. Ce double versant en dit long sur la facture littéraire de ce surprenant ouvrage plein de verve et de désinvolture.  

Lire la suite...

 

L'école est-elle vraiment finie?

Mme Neila Ben Harbi, L’école est finie, parcours d’une enseignante, MC- Editions, 2009, Tunis, 158 pages, ISBN : 978-9973-807-95-3.

   A l’heure où notre école et ses protagonistes, du primaire au supérieur, sombrent dans une profonde dépression, le témoignage de la jeune retraitée, Mme Harbi, intitulé L’école est finie, est paradoxalement un excellent antidote contre le désespoir régnant. Professeur de français au lycée durant les trois dernières décennies, l’auteur relate, sans fioritures, son parcours professionnel qui s’achève en 2004. Elle ne propose pas de solutions à la crise actuelle ni ne s’inscrit dans la polémique qui l’accompagne. Mais ce livre a des vertus thérapeutiques certaines. Eprise du pupitre, du tableau noir et des « mômes », cette femme nous redonne le courage d’y croire. Quelle cure pour des âmes si longtemps blessées !

Lire la suite...

 

La loi du hasard et de la nécessité

La marche de l’incertitude de Yamen Manai, Editions Elzévir, Paris 2008, 142 pages, prix 15,90 euros. ISBN : 978-2-8114-0013-2.

La Marche de l'incertitude

Ce roman semble émerger de nulle part comme s’il avait pour mission de répondre à une question posée par Paul Valéry il y a presque un siècle. Ce dernier formulait son fameux incipit ironique : « La Marquise sortit à cinq heures », en guise de démonstration du caractère arbitraire et aléatoire du genre romanesque. L’absence de rigueur qui affecte le roman s’explique, aux yeux de Valéry, par le fait que contrairement à la poésie ou au théâtre, le roman n’est pas codifié par des règles formelles stables et rigoureuses. Le roman serait un espace largement régi par la loi du hasard, une loi qui pourtant n’a pas manqué d’interpeller philosophes, scientifiques, littéraires, etc. Et c’est précisément cette exigence de rigueur intellectuelle ou rationnelle qui commande de réduire l’écart entre les différentes approches, une exigence que l’auteur de La marche de l’incertitude s’applique à suivre et à en faire la matière même et l’articulation centrale de son roman.

Lire la suite...

 

Au pays des poètes

 

Tahar Bekri, Le livre du souvenir, Elyzad, Clairefontaine, Tunis, 2007, 234 pages,  ISBN10 : 9973-58-006-

                      0 / ISBN13 : 978-9973-58-006-1.

             

            Quand un universitaire se met à vous parler des nombreux  colloques auxquels il a pris part, il s’expose aux soupçons de vanité. L’allergie à la « colloquite » vous gagne aussitôt et vous redoutez le propos de vantard et autres  rebuts des moi hypertrophiés. Rien de tel pourtant dans Le Livre du souvenir, dernier ouvrage du poète et universitaire tunisien, Tahar Bekri. Il y relate, entre autres, sa participation aux manifestations  culturelles internationales, mais il le fait dans un état d’esprit tout autre. A la lecture, les appréhensions se dissipent  et on regrette  d’y avoir cédé trop vite. C’est que Tahar Bekri doit ses carnets à ses voyages. Il doit ses voyages aux colloques académiques et aux rencontres poétiques, organisés ça et là à travers le monde. Souvent invité « pour une lecture de poésie », il ne cherche à impressionner personne, ni d’ailleurs à s’acquitter d’une quelconque  dette vis-à-vis des institutions  qui l’ont accueilli. Ces organismes, quand ils sont mentionnés dans Le Livre du souvenir, font tout naturellement  partie d’un réseau  de médiation culturelle, dont il se sert, tout comme ses confrères poètes et  collègues universitaires. 

 

Lire la suite...

 

<< Début < Précédent 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Suivant > Fin >>

Page 29 sur 30