Membres : 255
Contenu : 253
Liens internet : 4
Affiche le nombre de clics des articles : 464839
Espace membre



Qui est en ligne
Nous avons 28 invités en ligne

La Tunisie du poète, une terre d’émerveillement

Tahar Bekri, Chant pour la Tunisie , Ed. Al Manar, 2023, avec des peintures d’Annick Le Thoër.

 

 

 

Au moment où le pays gît sous le poids de l’ignominie et de la laideur, de la lâcheté et de la bêtise, Tahar Bekri, l’un des plus constants et des plus féconds de nos poètes[1], éprouve la nécessité de chanter sa terre natale, comme s’il cherchait à consoler ce « mûrier triste dans le printemps arabe »[2], malmené par les caprices de l’Histoire.

Lire la suite...

 

CONSTANTIN L’IFRIQUIEN OU LA RECONNAISSANCE SPOLIATRICE

Béchir Ben Aïssa, Constantin l’Ifriquien (roman), Tunis, Nirvana, novembre 2022.

 

 

Constantin l’Africain, un médecin originaire de notre pays, devenu moine et traducteur des plus prestigieux ouvrages de la médecine arabe, est une des figures historiques les plus controversées : médecin ou charlatan, traducteur ou plagiaire, moine de l’Eglise de Carthage ou musulman déguisé en moine pour satisfaire ses ambitions à la fois scientifiques (traités de médecine) et politiques (médecin et ami particulier du Prince de Salerne) ? Béchir Ben Aïssa joue sur toutes ces controverses pour transformer le récit historique en œuvre romanesque.

Lire la suite...

 

Ibn Abbas : la langue, la théologie et l’Histoire

Jalel El Gharbi, En Quête d'une Ombre, éditions Aden, France, 2022,159 pages, 20 dinars.

 

 

Le texte a tout l'air d'une leçon romancée de linguistique. Pas seulement. Il est aussi une édifiante balade ou pérégrination dans l'histoire culturelle et politique de l'aube de l'islam.

Lire la suite...

 

IL ETAIT UNE FOIS LA KHALDOUNIA

Antoine Hatzenberger, Aux Origines de la Khaldounia ; Le réformisme tunisien entre religion, science et politique (Préface de Kmar Ben Dana), Tunis, Arabesques, 2022.

 

A l’aube du XXème siècle, la Khaldounia fut créée en réplique à la formation religieuse, classique et traditionnelle de la Zitouna. Son siège adossé à la porte d’entrée des étudiants zeitouniens constitue un défi réformiste et moderniste. Pour ce que fut cette institution(sa vocation, ses enjeux scientifiques, culturels et politiques), Antoine Hatzenberger, agrégé et docteur en philosophie, ancien assistant à l’Ecole Normale de Tunis, y répond dans un essai subtil et richement documenté, qui fait dialoguer les impératifs du réformisme et les arrière-pensées de la politique culturelle du Protectorat.[1]

Lire la suite...

 

NOUS N’AVONS PAS LU TAHAR HADDAD

Baccar Ghérib, Tahar Haddad, Une pensée de l’émancipation, Tunis, Nirvana Editions, 2019

 

 

 

Dans un ouvrage exhaustif et bien fouillé, Baccar Ghrib revisite la pensée du grand mosloh (réformateur) tunisien, soutenant la thèse que son essai sur Les Travailleurs tunisiens constitue l’œuvre charnière contrairement à Imraatouna (Notre Femme…) dont la réception a été dramatisée parce qu’elle intervient à un moment paroxystique de la querelle des Anciens (les zeitouniens) et des modernes (la pensée socialo-progressiste)*

Lire la suite...

 

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 39