Membres : 236
Contenu : 190
Liens internet : 4
Affiche le nombre de clics des articles : 264473
Espace membre



Qui est en ligne
Nous avons 21 invités en ligne

L’homme en procès

Samir Makhlouf : L’homme de Gayeh, Contraste Editions 2017, 246 pages

 

Dès la couverture, le roman se revendique du genre de science-fiction. Bien sûr, nous trouvons là tous les ingrédients du genre : un développement scientifique, si performant, si vertigineux qu’il autorise toutes les expériences extraordinaires et non moins extraterrestres ; une bonne dose d’étrangeté qui rompt avec notre quotidienneté ; et un imaginaire débridé, inventif qui brise toutes les limites et nous met en face d’un monde où l’impossible n’existe pas. C’est pourquoi le genre de science-fiction entretient avec la bande dessinée ou le cinéma d’animation une parenté intime fondée sur deux principes au moins : D’un côté, les personnages, si sérieux soient-ils dans leurs projets, se drapent d’un comportement teintée d’automatisme, d’où le ridicule qui menace de les pénaliser. De l’autre, une action dont le moteur central est l’antagonisme ou la manipulation de l’autre qu’on cherche à dominer, à asservir ou à neutraliser. Et cela au nom d’un paradigme récurrent et inflexible : la volonté de puissance. D’où le principe de manichéisme qui nourrit le genre.

Lire la suite...

 

Secret(s) de sa mère

 

Fawzia Zouari, Le corps de ma mère, éd. Déméter Tunis, et Gallimard/Losfeld, Paris, 240 p. ISBN : 978-2072669774

 

Comment raconter l’autre ? Comment raconter l’autre lorsque l’on ignore tout de lui ?

C’est à cette tâche que s’attelle Fawzia Zouari, écrivaine tunisienne et narratrice autodiégétique dans   Le corps de ma mère , lauréat du prix Comar 2016, pour qui « il est plus aisé d’aller sur des sentiers inconnus que d’emprunter le chemin de [sa] mère ». L’entreprise est d’autant plus ardue que Yamna, celle qui l’a mise au monde est dans le coma. 

Lire la suite...

 

Tunis ou les nouvelles de l’arrière- saison.

Ahmed Mahfouh, Jours d’automne à Tunis, Arabesque,  2015, roman, 152 pages, prix : 12DT, ISBN : 9789938071245.

 

 

Je ne sais pas pourquoi la nouvelle a, ces temps-ci, mauvaise presse chez nos écrivains alors qu’elle prospère au Maroc, connaît un second souffle en Egypte et n’a rien à envier en Amérique Latine à son frère aîné, le roman. La question, souvent occultée, mérite réflexion et long débat….

Lire la suite...

 

Monsieur L...:roman d'une quête

Azza Filali, Monsieur L..., Cérès Editions, 1999, Tunis, 185 pages, prix : 6.500DT, ISBN 9973-19-388-1

 

A la lecture du titre du roman de Azza Filali, quelques questions s'imposent : qui est Monsieur L..? Qu'a-t'il de si important pour qu'un roman lui soit consacré, pour que ce roman porte son nom? Pourquoi ce même nom est-il suivi de trois points de suspension?

Lire la suite...

 

Histoire de la Tunisie, une chronique prodigieusement cruelle.

Hassouna Mosbahi : Achouak Wa Yassamine (Epines et jasmins), Perspectives d’Edition, Tunis 2015, 400 pages, ISBN  978-9938-843-52-1


 

« Si vous voulez que la mémoire existe, il faut la romancer ». Cette phrase de l’auteure des polars, Dominique Manetti, peut faire office d’une bonne épigraphe au nouveau roman de Hassouna Mosbahi. En effet, l’auteur de Achouak wa Yassamine revisite l’histoire de la Tunisie, moins pour faire œuvre d’historien que pour imprimer dans la conscience des Tunisiens les composantes de la mémoire collective. Pour ce faire, l’auteur endosse le costume du conteur ou d’un aède qui s’applique à capter l’attention de l’auditoire (de ses lecteurs) par une multitude de récits où s’enchevêtrent tant de genres : l’apologue, la fable, la chronique, l’odyssée, l’art du portrait et même l’autoportrait lequel se décline parfois en journal intime.

Lire la suite...

 

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 7 sur 28